Páginas Navegación Menú

Blog de Mme García Senín

Diversité Biologique

Les orchidées trompeuses

Escrito por el 1 febrero, 2013 en 6ème, Diversité Biologique, Educación Desarrollo Sostenible | 14 comentarios

ophrys-becasse-fiche

Fuente: www.animateur-nature.com

L’orphys bécasse comme plus de 8000 espèces d’orchidées, trompe un insecte pour assurer sa pollinisation.

La famille des Orchidées regroupe plus de 20 000 espèces différentes dans le monde entier dont environ 150 espèces en France et 51 en Auvergne.

Les orchidées se distinguent par un ensemble de caractères :

– une fleur de forme irrégulière avec, souvent, un pétale transformé avec un aspect particulier (forme et couleur) appelé labelle.

– un ovaire (qui se transforme en fruit après la fécondation) long et torsadé qui porte la fleur

– un fruit sec ou capsule contenant un très grand nombre de graines microscopiques dispersées par le vent.

– une tige dressée jamais ramifiée.

– des feuilles avec des nervures parallèles rappelant celles des jacinthes ou des tulipes.

– des organes souterrains contenant des réserves qui sont soit des rhizomes allongés, soit des tubercules : ce sont des plantes vivaces (plantes persistant plusieurs années au moins dans leur milieu).

On trouve des orchidées dans toutes sortes de milieux naturels : prairies sèches et pelouses des coteaux, prairies humides, marais et roselières, tourbières, forêts claires, forêts de conifères, friches, alpages d’altitude, …. de la plaine jusqu’aux sommets.

La plupart des espèces d’orchidées en France présentent des exigences écologiques précises : elles ne peuvent vivre et se maintenir que dans des milieux non perturbés avec des conditions de climat, de sol, d’environnement végétal, …. très précises.

Une des raisons de ces exigences tient à la relation que les orchidées entretiennent avec des champignons microscopiques du sol. En effet, les graines minuscules, sans réserves nutritives, ne peuvent germer que si elles subissent l’invasion des filaments d’un champignon microscopique du sol. Il s’établit entre ces deux organismes (l’orchidée et le champignon) une relation mutualiste très étroite : dans un premier temps, le champignon fournit des substances nourricières permettant à la graine d’entamer son développement; plus tard, il deviendra plus ou moins parasite se nourrissant aux dépens des réserves accumulées par l’orchidée tout en étant contenu par celle-ci. Toute variation de l’environnement susceptible d’affecter le champignon touchera donc indirectement l’orchidée ce qui explique en partie la sensibilité élevée de ces espèces. C’est pourquoi les orchidées sont souvent des espèces indicatrices de milieux naturels non ou peu perturbés par les activités humaines.

Voici un vidéo pour observer comment un insecte mâle attiré par cette fausse femelle tente de s’acoupler mais naturellement n’y parvient pas.Lorsqu’il quitte la fleur, on observe sur son front du pollen de l’orchidée. Que se passera-t-il lorsque cet insecte ira visiter une autre fleur?

► EN SAVOIR PLUS:

Consulter l’inventaire national du patrimoine naturel sur le site du Muséum National d’Histoire Naturelle : http://inpn.mnhn.fr/inpn/fr/conservation/regl/index.htm